Crimes et Châtiments - Le procès de l'eglise de Scientologie s'ouvre à Bruxelles

Affaire

Le procès de l'eglise de Scientologie s'ouvre à Bruxelles

17 Nov. 2015
AFFAIRE

Les 11 prévénus, membres de l'église de scientologie, ont été entendus lors de l'instruction d'audience du procès en correctionnelle à charge de la section belge mais aussi européenne de la célèbre église fondée par Ron Hubbard.

Il s'agit d'une première en Belgique.

Les charges retenues sont la violation de la vie privée, l'exercice illégal de la médecine, l'extorsion de fonds et l'appartenance à une organisation criminelle.

C'est devant une salle comble et en présence de nombreux membres de l'église que se sont ouverts les débats.

A noter aussi que les 11 personnes qui s'étaient portées parties civiles ont jeté les gants quelques jours avant le début du procès, à nous d'en tirer les conclusions....

 

C'est après 18 ans d'enquête que s'est ouvert ce procès, en cause de cette très longue instruction, les nombreux devoirs, expertises ou contre-expertises demandées par les avocats de l'église.

En Belgique, il n'y a encore eu aucune prise de position quant au fait que la scientologie serait une religion ou doit être considérée comme une secte.

Les différents prévenus ont essayé d'expliquer le fonctionnement de la scientologie, le système d'audition à l'aide d'un électromètre, appareil que tout bon scientologue doit posséder mais qui coûte environ 2500 euros, les formations, la procédure de purification mais aussi le coût très élevé de toutes ces étapes.

Beaucoup apparaissent très endetté puisque la scientologie exige que ses membres actifs travaillent bénévolement.

Ces premières semaines ont été émaillées d'incidents d'audience, les avocats de l'église accusant le tribunal de faire le procès d'une religion et non des faits. Pourtant lors des tentatives de recrutement, certains accusés mentionnaient par exemple aux candidats qu'on pouvait être à la fois musulman et scientologue. Ces tentatives se faisaient sous des prétexte fallacieux comme la recherche d'employés. Les 161 personnes qui se sont présentées suite aux annonces ont témoigné avoir subi un « interrogatoire » de 48 heures et avoir été obligées de signer une déclaration d'appartenance à l'église ainsi que la promesse de suivre des formations payantes et d'achat de livres.

Certaines ont travaillé mais n'ont jamais été rémunérées.

Les plaignants ont dénoncé non seulement des extorsions mais aussi la manipulation endurées lors des audits et séances de purification. Suite à ces faits, une dame souffrant de problèmes psychologiques a été envoyée en France consulter un spécialiste s'avérant être... un pédiatre.

Une prévenue, madame Praet, a expliqué que pendant une séance de purification, elle a vécu un phénomène extraordinaire et avoir senti une odeur de gaz qui la ramenait plusieurs années en arrière, lors d'une opération de l'appendicite.

Si les prévenus ont soutenu l'église durant les longs interrogatoires du président, force est de constater qu'ils ont tous quitté l'église depuis les faits, sans aucune pression, assurent-ils.

Lors des perquisitions, la police a saisi parmi les documents, des listes de personnes à « récupérer » ou à « sanctionner » pour des raisons telles qu'un départ injustifié, la désobéissance à certaines règles ou le fait de demander le remboursement de services non prestés.

La seconde partie du procès s'ouvrira sur les différents témoignages avant d'aborder pour finir la partie concernant l'OSA, le service de renseignements de l'église de scientologie.

On attend le verdict dans le courant du mois de mars 2016.

../